FAST FASHION

Publié le : 18/06/2020 17:07:19
Catégories : Mode

Qu’est-ce que la fast fashion ?

Ces dernières décennies, l’industrie du textile s’est adaptée à un marché mondial de la mode et de l’habillement en constante évolution. Face à la demande croissante en diversité et en quantité de produits mis à la disposition des consommateurs, l’industrie de la mode a dû se réinventer. C’est ainsi que la fast fashion est née.

Qu’est-ce que le terme « fast fashion » signifie ?

La fast fashion est une expression anglo-saxonne utilisée pour désigner le renouvellement, le plus rapide possible, des collections de la mode vestimentaire. En effet, il s’écoule généralement moins d’un mois entre le dessin du vêtement et le moment où il est mis en vente. Elle est traduite par « mode éphémère », « collection éclair », ou « jetable » (de manière plus accusatrice) en français, et il s’agit du modèle économique actuel et prédominant dans le monde de la mode. Chez Luz, nous tentons de contrecarrer ce modèle en proposant des maillots de bain et des tenues de sports à la fois intemporels et tendances. Notre but est de proposer des produits de qualité qui durent dans le temps et que vous pourrez porter sans craindre qu’ils ne se détériorent avec les lavages.

Pourquoi est-ce que parler de « collections saisonnières » n’est plus cohérent ?

Le renouvellement saisonnier des collections n’existe plus, bien que les vêtements suivent les saisons avec cohérence. L’enjeu est de créer un effet de rareté en faisant comprendre aux clients qu’ils ne retrouveront pas le produit plus tard s’ils ne l’achètent pas tout de suite. La disponibilité du produit est réduite dans le temps ce qui le rend plus attractif, encourage les achats impulsifs et le sentiment d’urgence. La vitesse (fast) est une des caractéristiques qui définit cette industrie puisque l’un des enjeux majeurs est la rapidité de production afin de satisfaire la demande en constante évolution des consommateurs. Cette pratique est notamment utilisée par des enseignes telles que « Zara, Primark, H&M ou Topshop ». Contrairement à ces enseignes, Luz propose ses produits jusqu’à épuisement total de ses stocks pour éviter le gaspillage. De plus, les chutes de tissu et le surplus sont toujours utilisés dans les collections suivantes ou pour créer des accessoires tels que des chouchous ou des bandeaux.

Une industrie peu éthique et écologique ?

La fast fashion repose également sur la notion de profits, puisqu’il s’agit de produire toujours plus à moindre coût et de distribuer les produits en masse dans le monde. Ainsi, la production est souvent délocalisée là où le coût de la main d’oeuvre est plus faible et où les normes environnementales sont moins strictes voir inexistantes. De cette manière, les marques augmentent leurs marges tout en restant très concurrentielles face au made in France / Europe par exemple. Au contraire, Luz a choisi de produire ses collections en Europe, dans le respect du commerce équitable et des normes environnementales afin de garantir une production de qualité. De plus, nous reversons 1% de notre chiffre d’affaire pour la planète, ce qui accroit encore l’impact positif que nous souhaitons avoir.

Une industrie qui sait créer l’envie chez les consommateurs

Par ailleurs, les marques génèrent le « besoin » chez le consommateur en créant de nouvelles collections et nouveautés, ainsi qu’en créant de nouvelles tendances et en définissant ce qui est « à la mode ». Ce faisant, les entreprises invitent les consommateurs à acheter plus et à renouveler leur garde-robe fréquemment. Aussi, afin d’augmenter leurs ventes, les enseignes standardisent les vêtements pour les rendre accessibles au plus grand nombre en les distribuant dans les magasins implantés dans de nombreuses villes et pays. Leur enjeu est aussi de produire davantage de tailles afin de convenir à un large éventail de personnes et donc de séduire un maximum de consommateurs.

Ces pratiques, rendues possibles notamment depuis que la mode s’est inscrite dans le contexte de mondialisation actuel, riment, pour les marques qui s’inscrivent dans ce modèle, avec succès et productivité. La fast fashion est donc par définition une industrie « anti-écologique » qui repose entièrement sur des vêtements de moins bonne qualité, à durée de vie très courte, jetables et à bas prix. Or, bien que la fast fashion soit la modélisation de l’obsolescence dans le domaine de la mode, elle a un grand succès auprès des consommateurs. Nous vous invitons donc, à travers vos choix de consommation, à la fois vestimentaires mais aussi du quotidien, à vous intéresser à la provenance et aux techniques de production des produits que vous achetez, si vous souhaitez tenter de réduire votre empreinte écologique. Nous publierons prochainement d’autres articles pour vous éclairer sur les pratiques de l’industrie de la mode… Stay tunned !

Article écrit par Marie-Lou Haran

Partager ce contenu